Dépassement limite !!!

Ce week-end le soleil et les températures étaient de la partie, un tour de vélo s’impose, et toujours le même problème à vélo, à un moment ou un autre, je suis obligé d’emprunter la route pour passer d’une piste cyclable à l’autre pour pédaler plus « tranquillement » ou plutôt en sécurité. C’est là qu’on se rend compte de la connerie de certains conducteurs. En plus j’évite les grands axes, les heures de pointes où les gens vont au boulot ou en reviennent. Donc je me limite et ma liberté de déplacement n’est pas respectée. Sur la vidéo j’ai laissé trois dépassements de conducteurs qui ont été plus que corrects mais bien sûr le quatrième au volant de sa Clio noire DF 813 JV avec la plaque endommagée me dépasse en arrivant assez vite et roule sur la ligne continue quasiment au même moment ou une voiture arrive en face. Quand j’ai passé le permis en 1995, mon instructeur m’avait expliqué que je devais considérer la ligne continue comme un mur et qu’il ne fallait la franchir qu’en cas d’extrême urgence ou danger. Donc tout ça juste pour gagner deux secondes !!! Par contre comme il y avait d’autres voitures, donc des témoins potentiels ainsi que ma vidéo, le propriétaire s’expose à de graves sanctions pour avoir attenté à la vie d’autrui avec son véhicule et là par contre il n’aura rien gagné. Comme je le raconte dans la page L’accident , le conducteur qui a voulu gagner quelques secondes est quand même arrivé en retard, sans voiture et sans permis. Il suffisait juste de freiner un peu, attendre que la voiture passe, utiliser son clignotant, ne pas oublier de tourner la tête et regarder son angle mort pour pouvoir se déporter d’un mètre cinquante pour dépasser. Et bien sûr, ce sera toujours les mêmes excuses, « je voulais juste passer vite fait ». C’est vrai qu’à deux roues aujourd’hui on risque gros, pas loin de chez moi une jeune fille de 16 ans est décédée ce week-end alors qu’elle roulait en scooter ( Article France 3 ).

 

C’est la deuxième fois !!!

C’est donc la deuxième fois que cette voiture immatriculée AN 033 SP me dépasse comme une merde. Un véhicule arive en face et toi tu veux passer !!! La première fois j’avais pas la vidéo donc pas de preuve. A un moment la route faut la partager, je roule tranquillement à vélo sur la voie publique en passant les 3/4 du temps sur les pistes cyclables. Donc le peux de temps où j’y suis, ce serait bien de se comporter correctement en voiture et ne pas se rabattre sur le cycliste au dernier moment parce qu’un autre véhicule arrive en face. Essaye juste d’anticiper ou d’utiliser la pédale du milieu qui sert de frein

 

J’ai pas spécialement encore envie de me faire faucher par une voiture qui arrive dans mon dos à au moins 80 km/h. En sachant que j’ai déjà été éjecté de ma moto à 43 m du point d’impact par une voiture qui arrivait à 110 km/h dans le brouillard alors que moi en face j’étais qu’à 70 km/h

 

 

Faire du vélo pour surmonter le handicap

Dimanche 2 septembre, dans le cadre de l’exposition « De la roue à la bicyclette », des personnes en situation de handicap ont témoigné comment la pratique du vélo leur a permis de surmonter leur déficience physique.

 

cedric-belenfant-a-cote-du-velo-qui-lui-a-permis-de-surmonter-son-handicap-photo-dna-1536339007

 

Deux malvoyants , Yves Wansi et Nicolas Linder, ont présenté l’association « Vue d’ensemble ». Créée par de jeunes déficients visuels, cette association a pour objectif de militer contre la sédentarisation des déficients visuels. Son concept est de « mélanger malvoyants, non-voyants et voyants de tous les âges, de tous les horizons, seuls ou en famille, afin de partager la diversité de nos regards ». Mais c’est surtout l’exemple de Gérard Muller qu’ils ont tenu à mettre en exergue. Cet ancien pharmacien de Merkwiller-Pechelbronn qui a perdu la vue à l’âge de 50 ans suite à une rétinite pigmentaire aurait dû être présent à la Maison rurale, mais à cause du décès récent de son épouse, il n’a pas pu venir. Malgré son handicap, ce non voyant a accompli de nombreux exploits sportifs tel le pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, une marche de deux mois et demi réalisée en 2011 à l’aide d’un GPS monté sur sa canne blanche. Mais c’est à bicyclette, en tandem, une machine très bien adaptée à son handicap, que cet homme particulièrement courageux a accompli ses plus grands exploits, entre autres un Paris-Pékin (12 000 km) en 2008 et un Pékin-Londres (14 000 km) en 2012.

« Une véritable thérapie »

C’était ensuite au tour de Cédric Belenfant, de Soultz-sous-Forêt, de se présenter. Suite à un accident de la route à moto en 2005 (il avait alors 28 ans), il est atteint d’hémiparésie, un déficit partiel de la force musculaire touchant la moitié gauche de son corps. « Mon bras gauche est totalement paralysé et ma jambe gauche n’a que 8 % de sa force musculaire. Pour moi qui n’avais jamais fait de vélo avant l’accident, cet exercice est devenu une véritable thérapie, tant physique que mentale, explique-t-il. Lorsque je suis à vélo, je me sens bien, je n’ai pas de douleurs ! » Sur une bicyclette adaptée à son handicap, l’homme de 41 ans parcourt entre 5 000 et 6 000 km par an. Son bras gauche paralysé étant fixé au guidon, c’est avec le seul bras droit qu’il change de vitesses, actionne les freins et la selle télescopique qui lui permet de mettre les pieds au sol à l’arrêt. Un petit film vidéo a permis de le voir à l’œuvre sur les pentes du Soultzerkopf. « J’ai également fait le mont Ventoux et cela sans pouvoir tirer sur mes bras ! », ajoute-t-il. Les connaisseurs apprécieront !

1 000 km par an

Didier, un autre handicapé, a lui aussi apporté son témoignage. Ce sportif accompli haguenovien a été amputé de la jambe gauche suite à une rupture d’anévrisme en 2014. Avant son accident vasculaire, il pratiquait le tennis, le basket et le vélo. Aujourd’hui il ne fait plus que du vélo. Sur sa machine à trois roues avec assistance électrique, il parcourt 1 000 km par an.

Au fond de la cour, un autre cycliste s’était installé. Etienne Letscher, ancien coureur régional de la Pédale de l’Est, est aujourd’hui dirigeant de club et mécanicien amateur. Assis derrière un petit atelier improvisé, il a fait une démonstration de rayonnage d’une roue, une opération technique délicate réservée aux cyclistes expérimentés.

DIMANCHE 9 SEPTEMBRE, un cycliste racontera ses aventures lors de son pèlerinage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

 

Extrait DNA du 07/09/2018